Chettinad, un patrimoine tamoul menacé

Au Tamil Nadu, la mention de “Chettinad” est une marque de qualité, utilisée par qui le veut pour attirer une clientèle toujours aussi imprégnée par ce mot magique, rappelant le passé lointain des nobles Chettiars, grands voyageurs et entrepreneurs avant-gardistes, qui ont construit de magnifiques demeures, véritables témoignages de leur histoire.

Originaires d’une cité portuaire très dynamique sur les rives de la Kaveri, nommée Poompattinam (Puhar), qui fut aussi un temps la capitale des rois Chola, les Chettiar furent obligés de migrer vers Karaikudi pour cause d’inondation au 13ème siècle. C’est dans cette région aride que la riche communauté marchande tamoule s’y établit, et décide de l’appeler « Chettinad » signifiant « pays des chettiar».

C’est au cours du 19ème et 20ème siècles, que cette communauté connait son apogée grâce au développement de la finance et de la banque. On considère qu’ils sont les pionniers du système banquier. au sud de l’Inde. Les Chettiars sont à l’origine d’un maillage de 96 villages dont il ne reste plus que 73 aujourd’hui (d’après l’Unesco). L’héritage architectural qui est encore visible remonte aux années 1850 à 1940.

Des restaurants “chettinad” au ciment “chettinad” en passant par le coton “chettinad” ou les bijoux “chettinad”, la marque de fabrique est présente partout mais a t-elle une réelle valeur?

C’est au milieu de nul part, après avoir traversé des chemin de terre et la pénombre forêt que l’on pénètre dans le village des Chettiar, Kanadukkatan. Le temps ici, semble s’être arrêté, les anciennes maisons traditionnelles s’érigent encore fièrement, chacune ressemblant à un palais, mais pour encore combien de temps? Nombre d’entre elles sont dans un très mauvais état, fermées par un gros cadenas. On ne sait si un propriétaire existe. Pourtant, chaque pallier est fleuri par un joli kolam. Quelques rares touristes s’y promènent, quand au palais du roi, il est fermé au public depuis plusieurs années parait-il. On ne peut que se contenter de sa majestueuse façade.

Le plan en damier du village permet de s’y retrouver facilement, mais on n’y trouve peu de villageois. La plupart des descendants des Chettiar sont parti dans les grandes villes ou à l’étranger où ils continuent de prospérer dans le business. Une famille nous laisse entrer et admirer sa maison.

Construites au début du XXè siècle, ces maisons illustrent les besoins sociaux, rituels et familiaux ainsi que le statut économique de cette communauté. On y trouve de grandes vérandas aux colonnes en bois pour accueillir des invités. Des salles à piliers , des salles de réception, des salles de prières et des chambres. De nombreuses cours au centre des maisons apportent l’éclairage nécessaire et les salles permettent de garder la fraicheur dans les maisons, toutes dirigées vers le nord. C’est durant leurs voyages en Birmanie, au Sri Lanka, en Malaisie, au Vietnam, que ces hommes d’affaires ont amassé de nombreuses richesses qui leur permirent de construire des demeures royales dans un style très original ( colonnes en teck, sol en marbre, vitraux, corniches peintes, loggia, vérandas…)

Célèbre aussi pour la cuisine délicatement épicée, la cuisine « chettinad » dont le poulet au poivre est une des recettes les plus appréciées, est quasi impossible à trouver dans ce village.  On ne trouve ni restaurant traditionnel ni grande enseigne pour pouvoir se restaurer, ni même une toute petite échoppe. Il faudra se contenter de quelques rares hôtels en dehors du village, dans les villes de Karaikudi ou Devakottai, où on mangera ce qu’on l’on voudra bien vous servir.

Sans la préservation de l’héritage architectural et de la culture des Chettiar, « Chettinad » risque de devenir pour toujours qu’une simple appellation sans aucune valeur et authenticité que n’importe qui continuera de s’approprier. Cette petite escapade dans le passé des Chettiar a tout de même un charme inexplicable, c’est ce qu’on peut ressentir dans des lieux empreints d’histoire.

Cette terre des Chettiar a été soumise à l’Unesco pour l’inscrire sur la liste du patrimoine mondial, en avril 2014 seulement.

Cet article vous donne envie de voyager au Chettinad, découvrez cette région avec un guide local !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *