Entretien avec Anita Ghosh, ex-Miss India France

Les candidates ont été sélectionnées pour concourir à Miss India France 2016. L’aventure continue donc pour ces heureuses élues, à cette occasion, La Franco-Indienne a eu le plaisir d’interviewer Anita Ghosh, Miss India France 2013 pour nous faire partager son expérience et ses conseils aux nouvelles candidates.

LFI: Bonjour Anita, merci d’avoir accepté l’interview, peux-tu te présenter?

AG: Je m’appelle Anita Ghosh, 26 ans , je suis infirmière en réanimation, d’origine française (Lille) par ma mère et indienne (Calcutta) par mon père.

LFI: Quelles étaient les raisons pour lesquelles tu t’es présentée à ce concours de MIF en 2013 ?

AG: Ma famille m’en parlait de temps en temps, mon père, mon frère, alors un jour, à une période charnière de ma vie… j’ai décidé de me lancer. Les raisons profondes étaient l’envie de faire quelque chose qui sortait complètement de mon quotidien et qui touchait à l’art (j’adore la danse). J’avais besoin de respirer autre chose, d’ajouter un peu de rêve à mon quotidien, je ne savais même pas si ça allait me plaire. Mais j’adore multiplier les expériences, toucher à tout, et surtout découvrir des champs qui pourrait finalement me surprendre. C’est comme apprendre à se connaître, à se découvrir dans une autre branche. Ça ouvre des horizons, ça détend l’esprit et ça permet de ne pas se rigidifier dans des préjugés empruntés.

LFI: Peux tu raconter en quelques lignes comment s’est passé ta rencontre avec l’équipe de MIF ?

AG: Elle s’est très bien passée, j’ai été surprise de la gentillesse et la patience de nos chorégraphes. Ce n’est effectivement pas facile de coordonner 15 filles qui ont peu d’expérience dans le milieu de la scène, et pratiquement aucune en ce qui concerne les défilés !

Anita_Gosh (1)

LFI: Comment était l’ambiance durant le jour J du concours? Comment tu l’as vécu?

AG: La compétition a commencé à se faire sentir, j’étais stressée, on a tous envie de gagner, on a peur d’être déçu, et surtout de nous. Car 90% du concours ne tient qu’à nous et on a envie de donner le maximum. Mais pour ça il faut être concentré, et avec le trac ce n’est pas évident. Les 10% restant on ne peut pas les maîtriser, c’est le contexte, le timing. C’est d’ailleurs la partie qui nous permet de lâcher prise sur l’anxiété si on arrive à avoir suffisamment de recul sur l’instant.On sait tous qu’on a une chance de gagner parce qu’on a confiance en notre étoile, en la vie sinon on ne s’exposerait pas autant.

LFI: Quelles relations avais-tu eu avec les autres concurrentes? As tu tissé des liens avec certaines d’entre elles?

AG: Oui, il y a des relations cordiales et parfois des affinités qui se créent jusqu’à devenir de belles rencontres. Mais ça, c’est dans tous les domaines pareils. Avec le temps ça s’estompe (la distance plus le quotidien qui nous rattrape)

LFI: Quels sont les avantages de participer à ce genre de concours comme MIF à ton avis?

AG: L’avantage d’un concours comme celui-ci est qu’il ouvre à des opportunités dans le monde de la mode, du cinéma et de la danse. Quel que soit le résultat final du concours, pendant 4 heures on est toutes mises en avant face à des professionnels de ces domaines. C’est comme un casting avec une présélection/ ou de la publicité.

LFI: Avec du recul, qu’est-ce que cela t’a apporté aujourd’hui? Quel souvenir en gardes-tu?

AG: Ce concours m’a permis d’intégrer mais surtout d’assumer des traits de personnalité dont je n’avais pas conscience, comme la féminité, l’amour de la scène, la confiance en soi, le relationnel. J’ai surtout appris sur moi-même, mes limites, et donc mes possibilités. C’est la prise de conscience de ce que nous sommes qui est importante et qui permet d’avancer. J’en garde un très bon souvenir. J’ai pris conscience de la chance que j’avais et que j’ai au quotidien.

LFI: Quels conseils peux-tu donner aux nouvelles candidates ?

AG: Le but est de séduire le jury, par la personnalité, par les attitudes. La beauté physique ne suffit pas si on ne sait pas la mettre en valeur par des expressions, par le charme. Et pour pouvoir charmer il faut être sûr de soi, il faut avoir confiance en ses atouts et assumer ses défauts pour les transformer aux yeux des autres. Enfin il faut lâcher prise sur la finalité du concours (même si ce n’est pas évident). Et surtout, surtout ! Il ne faut pas se comparer aux autres. Il y’aura toujours plus belle, plus grande, plus mince, plus gentil, etc. Il faut se voir comme un Tout, et se mettre en valeur à partir de ça.

LFI: Merci Anita d’avoir répondu aux questions avec sincérité. On souhaite à toutes les candidates bonne chance et on continuera de suivre de très près l’aventure de MIF. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *