Expériences, Théâtre

Un voyage en Inde, en quête d’identité

Après son premier grand voyage en Inde du nord en 2016, Marien Guillé était de passage cette fois-ci dans le sud et j’ai eu le plaisir de le rencontrer à Pondichéry. Conteur-voyageur, originaire de Provence, Marien nous emmène à travers un conte théâtral, avec tendresse, émotions et rires dans son voyage intérieur très personnel à la quête de ses racines indiennes.

Il a découvert l’Inde, enfant, à travers les aventures de Tintin et il ne s’était jamais vraiment interrogé sur ses origines indiennes avant son adolescence. Et ce n’est qu’à l’âge de 26 ans que Marien décide de partir en Inde, pour retrouver son père, originaire du Rajasthan. Il lui manquait, dit-il « une autre partie de moi ».

Arrivé à Bombay, c’est le choc culturel et c’est une grande aventure bouleversante qui attend le jeune franco-indien.

Avec « Import-Export », Marien s’est mis à raconter son expérience de la recherche de son identité, de son père, qu’il n’a jamais connu, dont il apprendra le décès à son arrivée en Inde, et de l’Inde elle-même dans toute sa folie et sa splendeur.

Le texte est écrit de manière juste et avec des mots à la fois affectueux et réalistes pour parler de ce pays aux 330 millions de dieux. Bien sûr, vu d’Occident, l’Inde est aussi un ensemble de clichés mais pas que cela. C’est une terre où se mêle toutes les contradictions, une terre qui déstabilise l’occidental et déconstruit tous ses repères. C’est cette aventure qui nous touche et qui nous tient en haleine jusqu’à la fin.  Le spectateur découvre l’Inde, les Indiens, les traditions et les rencontres entre les deux mondes. Marien conte et théâtralise avec humour et sincérité et évoque ses doutes, ses inquiétudes, ses prises de décisions, cette double culture franco-indienne qui perturbe et au final révèle sa réconciliation avec lui-même, lui qui est d’ici et d’ailleurs.

Marien s’est produit plus de 200 fois sur scène dans toute la France, il a joué récemment à Pondichéry et continue son voyage dans le Nord de l’Inde. On lui souhaite que de belles aventures pour les années à venir !

« J’avais l’impression, d’être un bateau qui venait de larguer les amarres. J’avançais sur l’océan, chargé d’une cargaison provenant de mes deux pays-racines, j’allais d’un continent à l’autre, chargeant et déchargeant mes deux conteneurs : l’un me semblait toujours incomplet et l’autre, j’en j’ignorais tout ; je faisais des allers-retours entre ces deux visages de moi-même, je prenais des morceaux d’inde, des bouts de France et j’essayais de les harmoniser, de les ranger comme il faut, de les assembler. Je cherchais à atteindre la rive, aller de l’avant, faire le grand saut, le grand écart, penser en indien, agir en indien, réagir en français. Tout le temps, passer d’une culture à l’autre, faire des allers-retours, piocher à droite à gauche ; aller, revenir, me charger, me décharger ; j’envoyais sans cesse des signes d’un pays à l’autre, c’est le principe de l’import-export : il fallait faire le tri entre ma cargaison indienne et ma cargaison française, faire sortir des choses pour en faire rentrer d’autres, que tout tienne dans un seul conteneur ».

Extraits, Import-Export, Marien Guillé.

 

Le teaser du spectacle de Marien Guillé, Import-Export, récit d’un voyage en Inde 

 

 

 

vinna

Hello !! Bienvenue sur mon blog.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *